ART & LA MUSIQUE

SOVRIMPRESSIONI

Un libro d’artista di Fabrizio Cotognini pubblicato da Parallelo42 di Pescara

Con uno sguardo che sorvola le praterie espressive della storia, Fabrizio Cotognini Il dessine les figures d'un désir de repos sur la balustrade pour regarder le reflet du paysage esthétique du temps et de concevoir un risalimento magique dont la tension montre un monde poétique dense de références au Manuel de zoología fantástica (1957) di Borges, finalement ouvert un rideau clair et brillant sur un bestiaire qui devient une métaphore du paysage actuel. Le idee dominanti dei suoi lavori – volatili, insectes, verzure, apparati architettonici, Signes alchimiques et misteriosofici - se présenter comme l'enregistrement d'un stimulus sensoriel et un principe de sélection qui guident le ton, couleurs, parole, visions et notes épaissies dans un spectre visuel de la saveur philosophique où la contemplation de la forme, dal punto di vista dell’impressione, Elle donne lieu à une analyse de composition et les degrés de la conscience mentale impliquant la fonction spéculative du spectateur. Son est en fait un fantastique planifié qui permettra non seulement de surprendre et ravir le public, mais aussi pousser un séduisant territoire où tout peut exister et où la puissance de la pensée accélère la course pour atteindre le vertige, la verginità di apparizioni, à la recherche en cours sur le sort de la modernité, sur le projet d'art moderne. Sur un fond de coexistence énonciative qui raconte le drame de cette, Cotognini dessine une réalité parallèle qui ne s'écarte pas du drame quotidien - fonction sociale de l'artiste est, per lui, essayer la langue flottante et espère que les souhaits désirés - mais esquisse une théorie des thèmes séculaires, une discipline de début et la fin qui refroidit le seuil de la science pour décrire un nouveau domaine des institutions de matériaux. Expression et impression dans son travail pénètrent à travers une écriture musicale du ton mélodramatique, accentuée par ailée syllabe, dal ritmo leggero, vague délibérément discordante du son qui est peint l'image. Un cerf céleste («Les animaux marchent sous la terre et ont aucune aspiration à sortir dans la lumière du jour. Sanno parlare, e pregano i minatori che li aiutino a uscire»), un favo con le api, une libellule, una mantide religiosa, una falena, una cavalletta, una brocca e, tra le altre forme visibili, le visage de la première histoire criminaliste (Marco Ezéchias Lombroso - «le criminel est un être atavique qui reproduit sa personne les instincts féroces de l'humanité primitive et les animaux inférieurs"), l’anatomia di una frase in codice (Et in Arcadia ego) ou références cultivées à Rubens, a Guercino, a Velásquez, a Duchamp, a Beuys, a Baruchello, Pisani et De Dominicis sont son nouveau matériel de projet minimum, bruits indésirables d'un récit phrénologique et artistique qui traverse les disciplines existantes pour les traiter, reinterpretarle, sovrimporle à une pléthore d'hypothèses dont la continuité mince la reconstruction des développements sous la forme linéaire de l'histoire obscure. Centrifugando una serie di oggetti incompleti, di temi atomistici, connaissance imparfaite, di filosofie umbratili (Foucault) che ingombrano la letteratura, l’arte, les sciences, il diritto, la morale e perfino la vita quotidiana degli uomini, Fabrizio cotognini produit maintenant des images étonnantes, poliglottie visive dove nascono fiori d’aria, intrecci immaginifici, notes claires sur les marges d'un livre qui est appelé la vie.

P42_Cotognini_Opera2016 (1)

a cura di Antonello Tolve